Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joutes de mots, d'un féminisme pathologique à une organisation sociale qui se soucie de nos enfants et de nos âmes.

16 Feb

UNE MASSE D'EAU TURQUOISE

Publié par clemence.d

 

 

UNE MASSE D’EAU TURQUOISE

                          *

 

RÊVE

 

Je serai la princesse qui réchauffe tes rêves

Et te trouvant allant

Se tasse sur la grève.

 

Du chaudron magique

Grand corps malade

Un papillon du soir

Tout finit par s’aplanir.

 

Du blanc, du bleu

Et des petits cheveux, il suffit d’être heureux.


De ce côté, No man’s land

Alors prie pour un monde meilleur où nul ne se meurt. Vivre sans exister, la question fut posée.

Baisser les yeux à tout jamais ou plus si affinités, ce bonheur pourrait nous échapper.

Moment heureux et rare, pas un seul nuage dans le ciel !

Les lézards muent.

 

* * *


11.01.10

 

C’est un rictus

Humus

Virus

C’est une fin.

 

 

 

 

 

Plus pauvre que pauvre, l’arriéré trouve son salut dans la répétition.

Perte de contrôle

De chien, vous n’avez que l’aboi

Ensablé défiguré

Papillotes ou silence,

À nous.

Open your mind

* * *

D’amour et d’eau fraîche, attendons que la mer monte. Je suis pauvre et sans avenir, je ne me vois pas à mon avantage. Le rêve dérisoire, je fus et suis payée de ma triste pensée. Pas de chance, avance me dis-je.

 

 

 

 

 

 

 

Aussi si l’amour se croise, il faut le prendre à pleine dent. La psychiatrie gavante ; ce livre ouvert n’était pas à ouvrir.

 

Combien de morts combien d’absence

Haïti chérie.

C’est ma femme, pâté de foie

Nul ne se presse à présent

Vu de l’extérieur c’est égal.

Séparation, il est deux mondes.

 

Vivant mort, le rêve dérisoire s’affirme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Triptyque divin, images

Sages, petit page

Cerise.

Les yeux crevés et la bedaine pleine

HEC urbanité

Un masque d’or sur chaque cité.

Le droit à la paresse, le droit au travail

Le droit à la solitude

 

Le droit à la liberté, le droit de se soucier des autres

 

Révolution.

* * *

 

 

 

 

 

 

 

 

Tes seins comme des pamplemousses.

 

Guitare La fa sol la

Flûte mi fa ré mi

La fa sol la

Mi fa sol la

Basse la do si la

Mi fa ré mi

La do si la

Mi fa sol la

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Time is over,

 

cultiver la peur est une fin en soi.

Epilepsie

Jean qui rit, Jean qui pleure

Je suis le marchand de sable.

 

 

Fin de mon aventure

 

*

 

Voyage espace-temps

 

Le IIIe Millénaire, la Race des Seigneurs

 

  

* * *

 

l

St Martin.

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Joutes de mots, d'un féminisme pathologique à une organisation sociale qui se soucie de nos enfants et de nos âmes.